Revenir au site

Le confinement nous a-t-il poussé à repenser notre alimentation?

A l'heure où l'on ne cesse de mentionner le "monde de demain", il semblerait que les deux derniers mois de confinement aient donné l'occasion aux français de repenser leurs habitudes alimentaires.

Alors que chaque français jettent en moyenne 155kg de nourriture par an, le gâchis alimentaire engendre près de 8% des émissions de gas à effet de serre dans le monde. Si le gaspillage était un pays, il serait le troisième plus gros pollueur, derrière la Chine et les Etats-Unis.

Face à ce constat effrayant, et dans ce contexte sanitaire si particulier, les français, cloitrés chez eux, ont semblé se tourner vers une démarche plus responsable, en adoptant de nouvelles habitudes alimentaires.

Une étude menée par YouGov pour Too Good To Go a montré que "43% de la population a pris plus de temps pour cuisiner, 41% a acheté uniquement des produits vraiment nécessaires, 38% préparait sa liste de courses en amont, et 35% faisait attention aux dépenses alimentaires". Ces chiffres témoignent du nouveau rapport qui s'établit progressivement entre les habitants de l'hexagone et les produits qu'ils consomment, d'autant plus qu'ils sont de plus en plus nombreux à vouloir consommer local - autrement dit, par le biais de circuits-courts.

D'autre part, la proposition de loi adoptée par le Parlement la semaine dernière visant à assurer plus de transparence quant à la provenance des produits alimentaires reflète la même volonté. Entre autres, les restaurateurs et les cantines ont maintenant l'obligation d'informer sur l'origine des viandes de porcs, volailles, ovin et caprins, comme la législation l'imposait déjà pour les viandes bovines. Les étiquettes des pots de miel doivent maintenant voir figurer l'ensemble des pays d'origine des mélanges de miel.

Ainsi, le monde de demain sera peut-être celui où le consommateur redeviendra maître de son alimentation.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK