Return to site

Les circuits courts, ou la voie de la désubérisation de notre agriculture

Quand nous nous serons mis vraiment autour d'une table

Les circuits courts sont nettement moins cher, c'est une évidence. Mais attention, c'est sans tenir compte du coût logistique qui n'est pas répercuté au consommateur

Selon l'Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires, sur 100 euros dépensés dans l'alimentation en grande surface, 37,6 euros reviennent aux supermarchés, 13,20 euros à l'industrie agroalimentaire et 8,20 euros aux agriculteurs.

Avec les ventes directes et les circuits courts, la répartition des richesses de l'alimentation est bien différente. 

En ventes directes, les producteurs ajoutent simplement le coût du transport et parfois celui de la location des places de marché à leur propre rémunération, pour définir le prix du produit. 

En circuit court, via des épiceries paysannes ou des sites de ventes en ligne par exemple, la marge de l'intermédiaire reste bien en deçà de celle des hypermarchés.

Pour aller plus loin :

  • http://www.lejdd.fr/Economie/Serge-Papin-Il-faut-sortir-de-l-engrenage-du-moins-cher-856604
  • http://mobile.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/02/26/guerre-des-prix-tensions-dans-les-negociations-entre-grande-distribution-et-producteurs_5085749_4355770.html
  • http://www.lefigaro.fr/conso/2016/04/16/05007-20160416ARTFIG00060-cela-coute-vraiment-moins-cher-de-ne-pas-faire-ses-courses-dans-les-supermarches.php